Family of Louis COATALEN

Partner: Louis COATALEN (1879-1962)
Partner: (unknown)
Children: ? COATALEN ( - )

Partner: Louis COATALEN

Name: Louis COATALEN
Sex: Male
Father: -
Mother: -
Birth 11 Sep 1879
Death 23 May 1962 (age 82)

Child 1: ? COATALEN

Name: ? COATALEN
Sex: Male

Note on Husband: Louis COATALEN (1)

Managing Director of Sunbeam

Note on Husband: Louis COATALEN (2)

Wikipedia

 

Louis Hervé Coatalen (11 September 1879 – 23 May 1962)[1] was a Breton automobile engineer.

 

Coatalen was born in the Breton fishing town of Concarneau and went on to study engineering at the Ecole des Arts et Métiers at Cluny[1] (France).

 

After working for De Dion-Bouton, Clément-Bayard and Panhard-Levassor he left France to work in England in 1900. After a short time with the Crowden Motor Car Company he became chief engineer with the Humber Car Company in 1901.

 

In 1906 he went into partnership with William Hillman to form the Hillman-Coatalen company. The partnership was dissolved in 1909 when Coatalen moved from Coventry to Wolverhampton to join Sunbeam, becoming joint managing director in 1914.

 

Coatalen's streamlined Nautilus in 1910During World War I he designed aircraft engines for Sunbeam.

 

In 1920 Sunbeam joined with Talbot and Darracq to form STD Motors Ltd and Coatalen had a seat on the board as one of the directors, remaining chief engineer of Sunbeam. His main interest became racing cars and Sunbeam became heavily involved in land speed record attempts including the successful 1000HP car of 1927 and the failed 'Silver Bullet' of 1930. In 1926 Sunbeam's racing activities were taken into the STD company and moved to Suresnes in France and although Coatalen continued working part time in Wolverhampton, he spent most of his time in Paris. STD failed in 1931 but its affairs were so complex it took until 1934 to sell the Suresnes works to Lago.

 

Coatalen's innovations included balancing the wheels (a technique also claimed by Sig Haugdahl) and putting the oil pump in the sump, and he was an early advocate of shock absorbers.[2]

 

From the proceeds of his STD share sale, Coatalen bought control of the French branch of Lockheed hydraulics and with the income from this bought a yacht and a villa on the Isle of Capri.[1]

 

During World War II he lived in France, although he had earlier taken out British citizenship, and he continued living there until his death.

 

Louis Coatalen married four times: in 1902 to Annie Ellen Davis (divorced 1906), in 1910 to Olive Bath (daughter of a Sunbeam director), in 1923 to Iris van Raalte, née Graham, and in 1934 to Amy Bridson.[1

Note on Husband: Louis COATALEN (3)

French Wikipedia

 

Louis Coatalen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aller à : Navigation, rechercher Ingénieur breton né en 1879 à Concarneau, mort en 1962. Il s'illustra dans l'automobile de tourisme et surtout de course ainsi que dans la motorisation aéronautique.

 

En 1895, Gadzart de la promotion "Cluny", il étudia à l'Ecole des Arts & Métiers comme ses illustres devanciers Emile Delahaye, Charles Trépardoux (De Dion-Bouton), Charles Brasier (Richard-Brasier) et Louis Delâge (Delage). Louis Coatalen travailla d'abord chez Panhard & Levassor, Clément et De Dion-Bouton.

 

Avec Hillman[modifier]En1902 eut lieu son premier mariage qui finira par un divorce en 1906 et son départ pour l'Angleterre, chez le constructeur britannique Humber. En 1907 il s'associa avec William Hillman, alors fabricant prospère de bicyclettes, au sein de la société « Hillman-Coatalen Motor Car Co. Ltd. » pour produire des automobiles à moteur dans les usines de Coventry (GB). Louis Coatalen, alors âgé de 28 ans, fut le concepteur de ces voitures, dont la première fut une 4 cylindres de 24/25 cv créée pour participer au Tourist Trophy. Mais elle eut un accident durant la course qu'elle ne put terminer. Les modèles que Coatalen créa par la suite furent des voitures de luxe.

 

Le 24 septembre 1908, lors de la « Four-inch race » (île de Man) gagnée par la Napier-Hutton de W. Watson, la Hillman-Coatalen (pilotée par Louis Coatalen lui-même) arriva neuvième et avant-dernière. L'autre voiture de la maison pilotée par Kenelm Lee Guiness ne put finir la course, comme la plupart des concurrents. La même année vit l'apparition du radiateur Hillman dont la forme resta inchangée jusqu'en 1930.

 

Avec Sunbeam[modifier]En 1909, son projet de mariage avec la fille de William Humber échoua quand son associé et futur beau-père apprit qu'il était divorcé de sa première femme (dont il avait eu un fils). Peut-être fut-ce pour cette raison qu'il quitta la même année cette entreprise pour rejoindre (après un détour chez Singer) la Sunbeam Motor Car Company, chez qui il trouva sa deuxième femme, Olive Bath, fille d'un des directeurs de la société. À la suite de ce départ, la firme « Hillman-Coatalen » devint simplement « Hillman » et se dédia à la production de voitures plus modestes. Désormais « chief director » chez Sunbeam, Coatalen dessina la 14/18 cv, puis la 12/16 cv 2,4 litres, d'excellente réputation outre-Manche.

 

En 1911, les usines Sunbeam de Wolverhampton produisirent 650 voitures cette année-là et Coatalen décida de construire des voitures de course. Il baptisa la première du nom de « Nautilus » et lui donna un nez original en forme de stylo. C'est sur ce prototype qu'il commença d'équilibrer les roues, s'étant rendu compte que cela améliorait le rendement. Il fut aussi le premier à intégrer la pompe à huile dans le carter et adopta l'usage des amortisseurs sur ses automobiles. Successeur de la Nautilus, la « Toodles II » remporta plus de succès sportif. En 1912, Les Sunbeam engagées à la Coupe de l'Auto obtinrent les 1re, 2e et 3e places, puis les 3e, 4e et 5e places du Grand Prix de France. Coatalen venait d'offrir à Sunbeam une notoriété internationale avec une version 3 litres de la 12/16 cv. En 1913, la même voiture finit troisième au Grand Prix de France.

 

Durant la Grande guerre, Sunbeam motor car et Louis Coatalen participent à l'effort de guerre avec les moteurs « Liberty ». En 1916, une Sunbeam finit troisième à Indianapolis. En 1917, La Marine française passe commande à Alphonse Tellier de 315 hydravions de 23 m d'envergure motorisés par un Panhard-Levassor ou un Sunbeam 350 ch capable d'emporter 1 632 kg de charge utile. Il n'en sera livré que 35 unités en 1918 avant la fin des hostilités. En 1918, Alphonse Tellier prévoit la production du « VONNA », un hydravion transatlantique emportant un équipage de 3 hommes et un poste radio, pesant 9 tonnes à vide et 16 tonnes au décollage (dont un plein de 8 000 litres d'essence) et mu par 4 moteurs Sunbeam-Coatalen W18 de 450 ch. Nieuport associe 15 ingénieurs à son étude, mais le projet est abandonné en 1921 par la maladie et la mort des principaux promoteurs du projet.

 

Le 17 mai 1922, K. Lee Guiness atteint à Brooklands la vitesse de 215,182 km/h au volant du bolide Sunbeam-Coatalen équipée d'un moteur Manitou V12 de 18 322 cm³ développant 350 cv. Malcolm Campbell remporta le record de vitesse à terre en atteignant 235,217 km/h sur la plage de Pendine (Pays de Galles) avec la même voiture légèrement modifiée. Une Sunbeam 8 cyl. de 3 l pilotée par Chassagne remporte aussi le Tourist Trophy.

 

En 1923, c'est Henry Segrave, qui est vainqueur du Grand Prix de l'ACF à Tours, puis du Grand Prix d'Espagne sur une 6 cyl. Sunbeam. En 1925, La Sunbeam Super Sports finit deuxième aux 24 heures du Mans, derrière le vainqueur sur Lorraine-Dietrich, mais devant les Bentley. MM. Coatalen et Bentley s'étaient disputés au sujet de l'incidence des études de carrosserie des voitures de course sur la production de tourisme.

 

Le 29 mars 1927, pilotée par le major Henry O'Neal De Hane Segrave, la Sunbeam « Mystery S » 1000 hp de Coatalen gagna le record mondial de vitesse (326,679 km/h ou 327,898 km/h) à Daytona Beach en Floride. Ce bolide était pourtant surnommé « the Slug » (la Limace) à cause de sa carrosserie enveloppante, première du genre. The Slug mesurait 6,09 m pour 3 800 kg. Elle était mue par deux vieux moteurs d'avion Sunbeam Matabele de 12 cylindres en V pour une cylindrée totale de 45 litres, développant 900 ch (1 000 ch pour la réclame) à 2 000 tr/min.

 

En 1931, Louis Coatalen quitta Sunbeam et entra à la manufacture de freins hydrauliques Lockheed, tout en poursuivant ses recherches sur le moteur Diesel pour un six-cylindre Panhard. En seulement six mois, Coatalen conçut un moteur diesel d'aviation de 600 hp qui fut exposé au Salon de l'Aviation de 1936 à Paris.

 

En 1935, nouveau et dernier mariage après son troisième divorce (d'avec Enid von Rallte).